Communion – Les alentours de Jaipur
Communion – Les alentours de Jaipur

Communion – Les alentours de Jaipur

Point de vue matinal

Aujourd’hui la journée commence très tôt pour partir à la rencontre des éléphants ! Direction la ville d’Amber qui surplombe Jaipur.

Sur le chemin, nous admirons la façade ocre du Hawa Mahal qui permettait aux femmes de la cour d’observer discrètement l’animation de la rue à travers les fenêtres sculptées. Non loin de là, le lac Man Sagar et son palais Jal Mahal visité la veille est d’une splendeur toute particulière.

Au petit matin, le lieu est désert et un voile léger recouvre les eaux et les montagnes qui l’entourent. Au centre du lac, on devine à peine les contours de l’immense palais, majestueuse ombre flottant sur l’eau. Plus loin, les forts militaires se dressent fièrement sur les plus hautes montagnes. Les nuages filtrent les rayons du soleil.

Amber Fort

Arrivés au pied du Fort d’Amber (Amer Fort) nous sommes frappés par l’imposant édifice qui nous fait face. C’est là que l’éléphant fait son entrée dans l’histoire : il a pour mission de nous emmener jusqu’au sommet de la montagne sur laquelle est érigé ce joyau.

Nous voilà donc montés sur le dos de Bobby. Le pas de l’animal est très lent et l’on ressent son calme naturel, profondément apaisant. Malheureusement, l’ascension à dos d’éléphant est une attraction touristique qui ne nous a pas permis de partager un réel moment avec l’animal. Nous avons pu admirer toute sa splendeur, sans accéder à sa richesse intérieure. Si j’avais su cela avant que notre guide ne réserve, j’aurais décidé de marcher…

Une fois arrivés au sommet, la splendeur du fort nous laisse sans voix. Dans les cours arborées, les pavillons ornés de miroirs, de mosaïques colorées et de pierres sculptées brillent de mille feux sous les rayons du soleil matinal. Partout on peut contempler la vue offerte sur la ville d’Amber enclavée par les monts. Au loin, on entrevoit la ville rose. Bien que l’on donne ce surnom à Jaipur, seule la vieille partie de la ville est réellement bâtie de cette pierre, plus ocre que rose, le reste ayant été peint de la même couleur.

Photo by Jeet Dhanoa on Unsplash

En elle-même, la ville de Jaipur présente peu d’intérêt. C’est un immense bazar au centre duquel ont été bâtis quelques monuments rajpoutes bien moins intéressants que ceux qui font la splendeur d’Udaipur, de Jodhpur ou de Jaisalmer. Nous n’y visiterons d’ailleurs que le Jantar Mantar pour son originalité : un parc rempli d’instruments d’astronomie, manifeste des caprices des maharajahs.

Toute la richesse de la région se situe dans les alentours de Jaipur et après Amer Fort, Subhash nous fait découvrir un petit lac niché entre les montagnes. Les singes et chiens errants ont fait de ce lieu désert leur maison. Les pavillons et le temple qui bordent le lac sont leur terrain de jeu et ils ne nous témoignent aucune agressivité. Pendant qu’ils se chamaillent, nous profitons de cet instant de silence, doucement réchauffés par le soleil matinal.

Communion au temple de Shiromani

Homme avec tambour dans un temple, Inde

Photo by Gigi on Unsplash

Bien déterminés à prolonger ce moment de paix, le temple de Shiromani apparaît comme l’étape suivante idéale. Dans ce splendide petit temple de grès rouge et de marbre blanc, nous allons vivre un moment inoubliable.

À l’intérieur, le plafond décrépit laisse à l’imagination la tâche de deviner les vestiges picturaux qui faisaient autrefois toute sa richesse. Au fond du temple, la représentation toujours aussi colorée d’une de leur divinité, ici Krishna, nous attire vers le cœur du temple. Ici, un vieux prêtre nous invite à nous asseoir à côté des deux ou trois fidèles en plein recueillement.

Bientôt, une femme se met à chanter et emporte avec elle nos esprits. Nous nous laissons bercer par ce chant mélodieux rempli d’énergies positives et des larmes me montent aux yeux.

C’est alors que la cérémonie commence. On bat des tambours, tape sur des cymbales et sonne des cloches pendant que le prêtre récite ses prières en agitant des torches près de la divinité. Ce vacarme est étonnamment revitalisant.

Dans le silence et le bruit, ce temple a une âme. Pour la première fois, nous ressentons la ferveur des hindous et vivrons ce moment de partage avec eux, sans aucune barrière malgré nos différences.

Je ne saurais dire combien de temps nous sommes restés dans ce temple car le temps s’y est arrêté.

Soirée indienne

Encore bouleversés, nous retrouvons l’agitation des ruelles où quelques Indiens se disputent pour se partager la route. Après avoir admiré la vue surplombante offerte par le fort militaire de Jaigarth, le capharnaüm citadin reprend sa place.

Cherchant désespérément un restaurant sur les cartes indiennes qui ne t’aident pas plus qu’elles ne te perdent, la perspective de rejoindre à nouveau ce quartier dans la soirée s’éloigne. Quand la nuit tombe, la ville est dangereuse pour toutes les femmes, indiennes ou non. Malheureusement, ce risque nous freine dans la découverte de la vie indienne. La vie nocturne fait partie intégrante d’une culture mais, en Inde, il faut parfois avoir la sagesse de ne pas la découvrir.

Après tout, le voyage n’est pas terminé, qui sait ce que nous allons encore découvrir.